«

»

mar
15

Le travail du dimanche : déjà une réalité

La question de l’ouverture dominicale des magasins ressurgit avec constance lors des grandes échéances électorales. La campagne présidentielle actuelle n’aura pas dérogé à la règle.

Nicolas Sarkozy a ainsi affirmé que s’il était réélu, il entendait « élargir les conditions d’ouverture des magasins le dimanche ». Objectif poursuivi ?  » Donner plus de liberté, [car] c’est de la croissance pour vos commerces, c’est de l’emploi pour les Français ».

De son côté, François Hollande s’est engagé à ouvrir des négociations pour parvenir à un « équilibre » entre les droits des salariés et les besoins des commerçants. « Nous engagerons des négociations sur la question « controversée » du travail du dimanche », a-t-il ainsi déclaré récemment.

Un débat en trompe l’œil : quelques éléments de contexte…

Selon la législation en vigueur, le dimanche entre dans la catégorie des jours fériés. Cependant, par leur caractère régulier et répétitif, ils ne sont pas considérés comme tels. C’est par une loi du 13 juillet 1906 que le dimanche a été institué jour de repos  hebdomadaire.

Depuis vingt ans, de nombreux rapports ont souligné l’attachement de fait des Français au principe du repos dominical, pour les salariés du commerce comme pour ceux des autres branches professionnelles ; tout en mettant en évidence la nécessité de modifier la législation en vigueur pour tenir compte des nouvelles habitudes de vie et de consommation.

C’est pourquoi de nombreuses dérogations ont été accordées et ont largement assoupli la réglementation en vigueur, dans des domaines très variés : activités d’urgence, d’utilité sociale ou à caractère culturel, régime spécifique aux communes touristiques ou thermales, possibilité octroyée aux maires d’accorder cinq ouvertures dominicales par an, etc…

Notre analyse :

Dans ses formes actuelles, la résurgence du débat sur le travail dominical nous semble traiter de manière partielle et incomplète les véritables enjeux soulevés par le sujet :

1 – L’obligation de s’adapter aux nouvelles réalités économiques

Il apparaît nécessaire de poursuivre les assouplissements déjà réalisés en matière d’ouverture dominicale pour permettre aux commerçants, mais aussi aux artisans et aux TPE, de s’adapter à l’évolution des modes de vie et à l’arrivée du commerce électronique.

Dans le respect des équilibres de vie, familiaux notamment, un seul objectif doit être poursuivi : dynamiser l’activité commerciale, pour augmenter le chiffre d’affaires des artisans, commerçants et TPE – et pas seulement des grands groupes de distribution ! -, créer de l’emploi et du pouvoir d’achat pour les salariés, renforcer l’attractivité et le dynamisme touristique des grandes villes françaises, en concurrence directe avec des villes comme Berlin ou Londres.

En 2010, selon l’Insee, plus du quart des personnes ayant un emploi ont travaillé le dimanche, soit environ 6,4 millions de salariés, dont 2,9 de manière habituelle.

Nos Pme ont du talent préconisent donc de laisser les professionnels trouver l’organisation qui convient à leur secteur d’activité, tout en respectant les droits des salariés concernés, notamment en termes de compensation salariale. C’est à ces conditions que l’équité de traitement et les équilibres économiques et sociaux pourront être préservés.

2 – La conformation des services publics aux nouvelles habitudes de vie

Un salarié sur quatre travaille déjà le dimanche, dans le secteur privé mais aussi dans le secteur public, en échange d’une majoration de salaire.

Ainsi, le travail dominical vaut tant pour les hôpitaux et la police que pour la restauration, les transports, les spectacles, les commerces de proximité, les grandes surfaces, les centres commerciaux, les grandes enseignes….

Cette réalité est conforme à l’évolution des besoins sociétaux. Or, à l’heure où ces besoins exigent une plus grande disponibilité et une plus grande accessibilité de l’offre de services collectifs, se pose la question de savoir si le principe du travail dominical ne mérite pas d’être étendu aux services publics de proximité, comme la Poste, la CAF, Pôle emploi, les mairies, les préfectures, par le biais de permanences physiques et téléphoniques notamment ?

Pensez-vous qu’il faille assouplir les conditions d’ouverture des magasins le dimanche ?

View Results

Loading ... Loading ...

Est-ce selon vous une évolution incontournable de la société de consommation ?

View Results

Loading ... Loading ...

Faut-il laisser les professionnels gérer eux-mêmes cette question, sur le terrain et au cas par cas ?

View Results

Loading ... Loading ...

Cet assouplissement du repos dominical doit-il être étendu à certains services publics de proximité ?

View Results

Loading ... Loading ...

Lien Permanent pour cet article : http://www.nicolas-doucerain.fr/2012/03/le-travail-du-dimanche-deja-une-realite/

1 commentaire

  1. Yoninoam a dit :

    Les consciences doivent se réveiller !!! L’ouverture le dimanche existe déjà dans le monde connecté (le monde on-line).
    Assouplir l’ouverture le dimanche des magasins dans le monde off line relève d’une impérieuse nécessité sous peine de voir ces magasins péricliter devant la suprématie de l’Internet de l’aisance de la nouvelle génération à commande On Line.

Les commentaires sont désactivés.